Inner City Blog


Wonderhands
5 mars 2010, 9:43
Filed under: Jazz | Étiquettes: , , , , , , , , , , ,

Les longues compositions d’Horace Silver jouées avec son quintette sont toutes des merveilles nocturnes, d’hypnotisantes promenades automobiles le long d’avenues endormies, dans d’étranges villes pourtant insomniaques. Vous verrez un jour le contrebassiste John Williams suer toute l’eau de son corps, hagard et transporté, le long de ces épopées.

Fils d’un Cap-Verdien et d’une métis irlando-afroaméricaine, Horace Ward Martin Tavares Silva, ce grand voûté à la mèche gominée, a tout fait, échoué à tout et réussi à tout. Ce Jungle Juice là, si typique du « Silver style » qui sait dérouler des folies espagnolantes comme Señor Blues, est difficilement résistible. Le drôle de zouave qui a eu l’idée de synchroniser cette musique sur une webcam nocturne a de drôles d’idées. Justes, mais drôles.


Laisser un commentaire so far
Laisser un commentaire



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s



%d blogueurs aiment cette page :