Inner City Blog


Groovin’ with balloon boy

Les grosses joues de Dizzy Gillespie trottinent le long de ce bijou du jazz le plus funky de Los Angeles, un vrai costume de velours coloré avec souliers vernis, basse électrique, batterie chaloupante et guitare façon Wes Montgomery.

En ce lendemain d’élections, pourquoi ne pas rendre hommage à l’homme grenouille, génie à la trompette recourbée qui découvrit Lalo Schifrin dans un club de Buenos Aires, répandit l’évangile de son big-band aux confins de la Yougoslavie, se présenta à l’élection présidentielle de 1964 et promit, s’il était élu, de rebaptiser la Maison blanche « Blues House », de nommer Ray Charles président de la bibliothèque du Congrès, Miles Davis directeur de la CIA et Malcom X ministre de la Justice, avant de se retirer en faveur de cette crapule de Lyndon Johnson, le vice-président de JFK…


Laisser un commentaire so far
Laisser un commentaire



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s



%d blogueurs aiment cette page :