Inner City Blog


Voodoo gospel

L’album « Os Afro-Sambas » de Baden Powell et Vinícius De Moraes, paru à Rio en 1966, se pose comme une colombe ensorcelée dans l’histoire du gospel et de la soul, au partage des eaux de la musique populaire brésilienne et du negro-spiritual.

Avec ses instruments loufoques et ses voix qui hululent de travers, ses abataques et ses afoxés, ses inspirations vaudous puisant du bout des doigts dans une mixture de candomblé et d’umbanda, ses chants en l’honneur d’habiles petits diables protecteurs ou du somptueux dieu des mers, il exhale un parfum de cigare fumée par une femme et de bâton de cannelle mâché par un homme. Des pieds poussiéreux habillés de dentelles.

Tandis qu’ils chantent Iemanja surgissant des flots, les verres de Baden et Vinícius sont posés sur la table à côté de ceux de Marvin Gaye, Nina Simone et Ray Charles.


Laisser un commentaire so far
Laisser un commentaire



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s



%d blogueurs aiment cette page :