Inner City Blog


Mista Gingerman
14 avril 2010, 6:38
Filed under: Funk | Étiquettes: , , , , , , , , , , , , ,

L’affreux batteur Ginger Baker mit les bouts un jour vers le Nigeria, quelques fous autochtones sous le bras, pour enflammer à son tour les nuits de Lagos et d’Ibadan. Entraînant dans la queue de sa comète enflammée le jazz et le funk qui pompait alors les nuits de New York et de Londres, le compagnon de route du Parti Claptoniste International a laissé derrière lui Jimi Hendrix, Santana et quelques autres barons du rock psychédélique.

Ce coffre aux trésors n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd. Une dizaine d’années de fuzz funk, d’afrobeat et de rock nigerian s’en est suivi, pour autant que les galonnés de l’armée en laissait la liberté aux porteurs de pattes d’éléphants du pays, comme par exemple cet obscur Action 13 réclamant plus de pain pour le peuple, en attendant Fela « Qui porte la mort dans sa besace » Kuti.


Laisser un commentaire so far
Laisser un commentaire



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s



%d blogueurs aiment cette page :