Inner City Blog


Bad bad boy

Shuggie Otis, on l’a dit, était un homme à tout faire, un garçon-orchestre de la soul, portant de fausses moustaches en scène à quatorze ans pour faire croire qu’il avait déjà grandi. Mais c’était aussi un épouvantable enfant gâté, un surdoué insupportable, une prima-donna qui — après avoir accouché en 1974, après trois ans de travail solitaire, du morceau de soleil versicolore que voici, « Inspiration Information » (ouvrant l’album du même nom) — est allé jusqu’à refuser d’intégrer les Rolling Stones pour une tournée géante, d’être produit par Quincy Jones et d’autres bouderies du même acabit. Les gars d’Epic Records, épuisés, ont déchiré son contrat à la fin de cette année-là. Shuggie Otis a haussé les épaules en disant qu’il s’en foutait. Nous aussi, non ?


Laisser un commentaire so far
Laisser un commentaire



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s



%d blogueurs aiment cette page :