Inner City Blog


When the devil drives

« Qu’est-ce que le blues ? », demande ici candidement le considérable Chester Arthur Burnett, alias « Howlin’ Wolf »… La pauvreté seulement ? Non, le « thinkin’ evil »

Sans argent, sans amour, sans travail, nous avons le blues. Avec de vieilles chaussures usées, une coupure sur le doigt qui s’infecte, à peine un filet de voix et une bouteille d’eau tiède, nous avons aussi le blues. Avec quelques pièces sans face, une chemise sale, un chewing-gum sec qui rappelle le passé, un journal trois fois relu, les poches peuplées de fantômes, nous avons le blues. Avec de la sympathie pour les idiots, de l’horreur pour les querelles et de la tendresse pour nos habitudes, nous avons le blues. Avec l’attrait du silence, la haine des souvenirs et toute une boîte de cigarettes à fumer, nous avons le blues.

Avec l’amour des humains et la tristesse du présent, nous avons le blues.


Laisser un commentaire so far
Laisser un commentaire



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s



%d blogueurs aiment cette page :