Inner City Blog


Beach shops in December
20 août 2010, 9:56
Filed under: Soul | Étiquettes: , , , , , , , , ,

Pour quelle étrange raison Stevie Wonder a-t-il colorié avec une musique hypnotique, hoquetante comme un sample, répétitive comme une obsession, ce texte qui frôle en permanence la grâce de la vérité et la pose du ridicule ? Elle n’entend pas, mon gars, ça ne sert à rien de continuer à s’échiner… Elle est fermée comme une boutique de plage en décembre.

C’était en 1966, à la fin de son premier album adulte, « Down To Earth », le dernier titre au bout du disque, comme un adieu, trois fois rien… Et pourtant ce « Hey Love »-là, de sa démarche claudicante et irrésistible, s’est hissé au sommet des palmarès des radios de Detroit.

Et puis il a été injustement oublié, comme les belles amours sont injustement effacées dans les souvenirs au profit d’infectes blessures.


Laisser un commentaire so far
Laisser un commentaire



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s



%d blogueurs aiment cette page :