Inner City Blog


Behind the Second Line

Nous sommes des créatures du présent, sans doute. Mais avec notre pas mécanique, nos habitudes et nos tics, nous transportons aussi une chambre d’enfant, des images et des parfums, des tâches sur nos chemises, et même parfois une rue, un quartier ou une ville.

La saudade au Brésil, la tezeta en Ethiopie… Les hommes sont incorrigibles. Mais nous, avons-nous aménagé la place que la nostalgie mérite dans nos vies, dans nos pays ? Avec Billie Holliday dans les bras, Louis Armstrong répondait ici à sa manière, juste après la guerre, le long d’une longue et langoureuse question, chaloupée comme un soupir de soulagement, quelques pas derrière une Second Line accrocheuse déambulant dans les rues du Lower Ninth Ward.


Laisser un commentaire so far
Laisser un commentaire



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s



%d blogueurs aiment cette page :