Inner City Blog


Black descarga

Pourquoi, dans l’histoire des musiques noires, omet-on la plupart de temps le son des ports de pêche décatis, le montuno des montagnes, la salsa dura des night-clubs, la rumba des buvettes ? C’est une hérésie, n’est-ce pas, d’oublier que l’arc caraïbe, entre les cabanes de Porto-Rico et cette Colombie qui eut au XIXe siècle le premier Président noir du continent, est une terre afro-américaine au même titre que Detroit, New Orleans ou Atlanta. Une terre de mulâtres anglophones, d’Espagnols oubliés, de réprouvés bataves, de Français en cavale. Les hommes capables d’aimer durement savent que les jeunes femmes des petites villes de Colombie ont le sang noir.

La preuve. Lorsque le Fania All Stars se produisit à Kinshasa au troisième jour du délirant Rumble In The Jungle de 1974, l’amitié de la foule des Zaïrois fit s’illuminer la nuit. Bill Withers se sentit alors obligé de se confier un journaliste, pour avouer qu’il avait eu le sentiment d’avoir été un peu « un étranger », en comparaison de cette bande de fous indéterminés, flambant sous la houlette du faune Johnny Pacheco, du frère Cheo Feliciano et les sortilèges de l’extraterrestre Jorge Santana.


Laisser un commentaire so far
Laisser un commentaire



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s



%d blogueurs aiment cette page :