Inner City Blog


The Revolution will not give your mouth sex appeal
28 mai 2011, 5:14
Filed under: Funk, Soul | Mots-clefs: , , , , , , , ,

C.Q.F.D. (1949-2011)



Ain’t nothing
17 mai 2011, 6:34
Filed under: Blues, Soul | Mots-clefs: , , , , , , , , ,

Fumeur de clopes, buveur de cafés, râleur de grenier, mangeur de gigot, grignoteur de pain, nageur de criques, chasseur de criquets, plongeur de haubans, glandeur de pont, goûteur de poulpes, roi de rien, empereur de personne, rigolard de salon, coupeur de cheveux en quatre, chipoteur de disputes, poète de petites filles, raconteur de bobards, chapardeur de monnaie, miauleur de soirs d’été, aboyeur de matins d’hiver, siffloteur de rues, je suis fait pour tous ces métiers, pas pour les autres, je disais encore l’autre jour, avant d’être interrompu par Bill Withers…



The art of leaving
9 mai 2011, 5:14
Filed under: Jazz | Mots-clefs: , , , , , , , ,

Pour cet « EPO » énigmatique, le trio washingtonien en t-shirts extra-larges d’Opus Akoben a bien fait de s’appuyer, comme sur une vénérable rambarde de bois verni dans l’escalier d’un palais florentin, sur la courbe, la vague, l’onde, le balancement des « Favorite Things » de John Coltrane. Aux extrapolateurs comme nous, ils prouvent qu’à vouloir partir, on s’en va toujours les poches pleines.

C’est vrai. Le pire, au fond, c’est qu’il existe trente-six manières de s’en aller. Et que rester est aussi l’une d’entre elles.



Extragroove FM
1 mai 2011, 5:52
Filed under: Blues, Funk | Mots-clefs: , , , , , , , , , , , ,

L’autre soir, à l’heure bleue, nous étions accoudés à une table de bois verni, avec du tabac et du vin, quand la radio se mit à jouer « Tobacco Road » psalmodié avec son harmonica par Eric Burdon, l’ancien pois sauteur des Animals, pour une fois installé devant ces Californiens déjantés de War, tout afros et foulards dehors, déroulant une mixture de goudron et de barbapapa, parfaite synthèse du blues de Blanc et de la funk la plus noire, piquant au passage dans les poches de Jim Morrison et de Fela, faisant tourner au kérozène une machine construite par un génie sosie de James Brown, un sermon dont l’agonie et l’extinction finale forment un psaume cruel et rose.