Inner City Blog


Balance and revolt
Sans doute n’y a-t-il que le big man Cannonball Adderley à avoir saisi la mesure de la question, pourquoi me traite-t-on si mal, oui pourquoi, écoutez-le un peu avec son quintet de faunes, les Joe Zawinul, les Yusef Lateef, les Sam Jones, les Louis Hayes et son frère Nat. A bon droit, il rendait à Roebuck « Pops » Staples ce qui lui était dû : la nudité du groove et la question politique. L’équilibre et la révolte. La perfection.

Mais tout cela n’était pas assez clair pour les maisons de disques, à l’évidence. Le gras joyau du big man est tronquée partout, ici de son introduction parlée, essentielle, noire, lourde, là de ses chorus, tordus, merveilleux, ironiques, sur toutes les compilations prétentieuses où il figure, sur tous les agrégats à usage salonard que des petits blancs étriqués ont tricoté pour leurs semblables. Il faut revenir à la source, à Pops Staples et ses filles. Et pour jouir de la version de la famille Adderley, se perdre quelques heures dans l’album éponyme.

Tout redeviendra clair, alors. Le jazz est une subversion.


Laisser un commentaire so far
Laisser un commentaire



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s



%d blogueurs aiment cette page :