Inner City Blog


January in Kenya
9 juin 2010, 12:25
Filed under: Soul | Mots-clefs: , , , , , , , , , ,

Une grande avenue bitumée de Nairobi s’enroule entre les murs de demeures luxueuses et menaçantes. Sous les palmiers vivent les assassins. Le ciel vide souffle un air froid sur les vigiles en uniforme cachés dans leur guérite. On dort entre les bagarres. Derrière le terrain de football pelé commencent la plaine de bidonvilles aux toits de tôle. Des enfants en uniforme attendent autour d’une montagne de cartons. Des affiches électorales décaties sont figées au-dessus des arrêts d’autobus. Dans le centre-ville, les murs de pierre de taille des immeubles sont vérolés. Dans les épiceries au néon, les cigarettes sont vendues au détail. La nuit, des chiens vivent sous les arcades. Les petits arbres frissonnent le long des trottoirs effondrés. Une famille de Somaliens suivent à quelques pas.

En swahili, « Pamoja » signifie « ensemble » et tout un monde s’est animé soudain.



Boxing angel
24 mai 2010, 10:07
Filed under: Soul | Mots-clefs: , , , , , , , ,

Même dans le doute, les performances publiques d’Otis Redding rassurent au moins sur un fait. Les plus scrogneuneus des amateurs de soul pourront toujours y retrouver les montées progressives vers les cieux des églises du bassin du Mississippi, la sauvagerie câline de leurs premières amours et l’incompréhensible swing des clubs de Chicago. Que demander de plus à un disque posé sur une platine ? Ah oui, une gueule d’ange-boxeur et un destin tragique.



Happy as a baby boy
23 avril 2010, 3:56
Filed under: Jazz | Mots-clefs: , , , , , , , , , ,

Difficile de le déceler, mais Nathaniel Adams Cole souffrit mille humiliations, même après être devenu Nat « King » Cole, le plus envoûtant crooner du siècle, né noir en Alabama, prenant les oripeaux d’un pauvre migrant noir à Chicago, puis le smoking d’un artiste noir à Hollywood et le costume de la vedette noire de la convention démocrate qui a désigné JFK à la candidature présidentielle.

On sait par exemple qu’en emménageant dans le quartier chic de Hancock Park avec sa famille, il avait irrité ses abrutis de voisins blanc-becs, lesquels lui avaient fait parvenir une lettre dans laquelle les croquants lui signifiaient qu’ils ne voulaient pas de personnes « indésirables » dans le voisinage. Nat King Cole leur répondit que s’il apprenait qu’il en existait dans le coin, il le ferait immédiatement savoir à ses voisins.

Malgré les “honnêtes citoyens” et les “usagers en colère”, gardons en mémoire la leçon de Montaigne et du King, ici avec deux autres rois mages (Coleman Hawkins et Oscar Peterson, pardon vos majestés) faisant la révérence à cette décidément “Sweet Lorraine” :

« Il faut estendre la joye, mais retrancher autant qu’on peut la tristesse. Qui se faict plaindre sans raison, est homme pour n’estre pas plaint, quand la raison y sera. C’est pour n’estre jamais plaint, que se plaindre tousjours, faisant si souvent le piteux, qu’on ne soit pitoyable à personne. Qui se faict mort vivant, est subject d’estre tenu pour vif mourant. »



Some heavy dude
20 mars 2010, 5:08
Filed under: Jazz | Mots-clefs: , , , , , , ,

C’est sans doute l’un des canulars les plus inoffensifs et les plus réussis du jazz. En 1966, en pleine gloire, pour dorer un peu plus le « Mercy, mercy, mercy » de son pianiste Joe Zawinul, Julian Edwin « Cannonball » Adderley a rassemblé quelques bons amis dans le studio Capitol de Los Angeles et fait couler la picole à plein tonneaux.

Le mensonge pouvait commencer. La bande de roublards menée par le heavy dude de Floride a alors, devant une foule conquise,  déroulé une à une les compositions d’un vrai-faux album en public, que Cannonball Adderley a finalement baptisé « Live at ‘The Club’« , faisant passer la soirée entre potes pour un concert de son quintet dans un célèbre club de Chicago, dont le patron était un ami. Un ami désormais reconnaissant.



Do what the man says, baby
4 mars 2010, 6:45
Filed under: Funk | Mots-clefs: , , , , , , , ,

Avant de connaître le succès avec, notamment, la petite perle get down interprétée ci-dessous dans l’émission Soul Train, les Isley Brothers ont composé « Twist And Shout » et compté dans leurs rangs un jeune guitariste de Seattle surnommé Jimmi James, mais qui se nommait en réalité James Marshall Hendrix.

Funky flair ?