Inner City Blog


Afternoon wandering

Avec cet été qui n’arrive pas, mettons nos blousons doublés, fourrons nos mains dans les poches et sortons errer dans les terrains vagues de nos villes. Nous ferons ainsi comme nos pères, s’ils ne se sont pas trop vite convertis à la lumière d’abattoir de la vie bourgeoise. Nous ferons ainsi comme nos grands frères, qui ont été tristes avant nous.

Le gamin londonien Michael Kiwanuka, supporter de Tottenham et de Bill Withers, s’y trouve avec une grande chanson pleine de cuivres nigérians, de flutes de San Francisco et d’appels à l’aide du maître d’hôtel Marion Black. Passer l’après-midi avec lui permet de savoir quoi faire de nos nuits.

Publicités


What tomorrow will bring

Grand, myope et plutôt vilain, le maître d’hôtel Marion Black a enregistré en 1969 un titre qui colle aux basques, un blues ténébreux rehaussé d’un méchant balancement soul, une balade noire et déhanchée comme une matinée mélancolique, un air que les hommes seuls chantonnent toute la journée.

Le petit employé était arrivé chez le producteur Bill Moss avec la partition de « Who Knows », laquelle est rapidement devenue un succès commercial chez Capsoul, mais il est reparti un an plus tard, après quelques concerts de promotion et de maigres dollars en poche. Les démons du show-business avaient décrété qu’il ne pourrait pas quitter son restaurant comme ça, même après l’enregistrement d’un autre album, avec un autre producteur.

Le reste est littérature.