Inner City Blog


Beach shops in December
20 août 2010, 9:56
Filed under: Soul | Étiquettes: , , , , , , , , ,

Pour quelle étrange raison Stevie Wonder a-t-il colorié avec une musique hypnotique, hoquetante comme un sample, répétitive comme une obsession, ce texte qui frôle en permanence la grâce de la vérité et la pose du ridicule ? Elle n’entend pas, mon gars, ça ne sert à rien de continuer à s’échiner… Elle est fermée comme une boutique de plage en décembre.

C’était en 1966, à la fin de son premier album adulte, « Down To Earth », le dernier titre au bout du disque, comme un adieu, trois fois rien… Et pourtant ce « Hey Love »-là, de sa démarche claudicante et irrésistible, s’est hissé au sommet des palmarès des radios de Detroit.

Et puis il a été injustement oublié, comme les belles amours sont injustement effacées dans les souvenirs au profit d’infectes blessures.



Summer on the radio
20 avril 2010, 5:42
Filed under: Soul | Étiquettes: , , , , , , , , , , ,

Les grandes vacances n’existent plus pour nous. L’odeur des vignes derrières les rangées de bambous frissonnants. Les guêpes buvant les flaques de chlore de la piscine. Les yeux rouges et la peau sèche. Les chemises blanches et les bras bronzés. L’odeur des petites motos dans les ruelles. Les visages parsemés de tâches de rousseur des filles sur le port. Dîner dans la rue.

Nous avons mieux : nous avons la nostalgie, la musique et le pouvoir de savoir les reconnaître lorsqu’elles reviennent. Mettons un disque et voyons si les cigales crissent dans les collines avec les fugitifs Natural Four et leurs tubes bien ficelés, papillons de l’été qui ont tenu tant que leurs chansons étaient dans le top 10 de nos flirts, calés quelque part sur la bande FM, entre Stevie Wonder et The Impressions.



Kids love it
7 mars 2010, 1:19
Filed under: Funk, Soul | Étiquettes: , , , , , , ,

Pourquoi avons-nous tant de mal à nous souvenir que l’émission Sesame Street pouvait receler des trésors ? Pourtant, le message délivré ce jour-là est clair comme un dimanche paresseux et ensoleillé, comme une démonstration de Spinoza : « When you believe in things / That you don’t understand / Then you suffer / Superstition aint the way. »

Les enfants et les mécréants adorent.